top of page

Soft skills, connaissance de soi et performance

Dernière mise à jour : 20 févr. 2022


Les soft skills sont parmi les sujets les plus abordés du moment ; plus spécifiquement la bienveillance et l’intelligence émotionnelle. Comprendre les caractéristiques d'une soft skill et l'appliquer, aide t-il à gagner en performance ?


La course aux soft skills


Un grand nombre d’articles traite de façon très précise et pragmatique le sujet des soft skills et du savoir être en entreprise : « Gérer son stress en x étapes », « Être un manager bienveillant en 3 points », « Devenir un leader créatif »… Qu'il s'agisse de créativité, de bienveillance, d'adaptabilité, d'intelligence émotionnelle, etc., développer des soft skills reviendrait presque à suivre une recette de cuisine où les ingrédients seraient des comportements.


Avoir des points de repère est certes utile pour adopter les contours d’un nouveau comportement. Pour autant, apprendre à jouer « un comportement », - de bienveillance, d'adaptabilité ou de créativité - aussi justifié soit-il dans le contexte professionnel, et le jouer au quotidien dans l’environnement complexe qu’est l’entreprise, revient à se parer au quotidien du costume du « parfait manager ». Et à chaque soft skill son costume : pas évident de se mouvoir, et d'être performant, engoncé dans cette tenue.


"Je fais comme si" donc "je suis" : combien ça coûte ?


Si l’on se réfère aux études qui démontrent que nos émotions (plus spécifiquement des peurs bien enfouies) sont à l'origine de nos comportements, deux questionnements émergent :


- N’est-il pas contre intuitif de masquer ou contrôler certaines émotions pour « jouer » des comportements émanant d’autres émotions ? Quel est le coût de l’énergie dépensée à moyen, long termes pour un manager qui contient, masque ses émotions « vraies » quand celles-ci sont en contradiction avec le comportement à adopter… Il y a fort à parier que la fatigue mentale et le stress émergeront tôt ou tard de cette situation.


- Est-ce que par ce que j’applique des techniques comportementales, ou que je comprends comment les appliquer, que j’ai appris à les « mimer », que je « fais comme» le manager empathe ou bienveillant, alors « je suis » un manager empathe, bienveillant ? Aussi bon.ne acteur.trice soit-il.elle, quel est le niveau de cohérence du message transmis, entre communication verbale, non verbale et para verbale, les deux derniers constituant la grande partie du message entendu. Quelle porte ouvre cette possible dissonance à celles et ceux qui savent l'entendre, et qui, en souffrance dans l'entreprise, l'exploiteront comme exutoire ?


Connaissance de soi et performance


Le plus simple, c'est encore d’être soi-même, dans le respect des codes culturels de l’entreprise, bien évidemment. Allégée des lests que constituent ces costumes professionnels, l’authenticité est certainement la façon d’être la plus efficiente dans l’entreprise, quand elle est partagée. Et pour que cette authenticité s’exprime vis-à-vis des autres, il est essentiel qu’elle s’exprime aussi et surtout vis-à-vis de soi. Dit autrement, être authentique à soi, c’est avoir développé sa connaissance de soi. Elle est unique et propre à chacun et porte la diversité et donc la richesse et la performance de l’entreprise.


Développer des soft skill passe donc par la connaissance de soi, pilier de cette authenticité source de leadership de soi et d’une plus grande performance individuelle.


Développer sa connaissance de soi n'est pas inné : elle s’apprend et se développe.

- Leadership personnel, les fondamentaux : Exploration du comportement et des émotions associées

- Leadership & efficacité personnelle : Comportements, émotions et estime de soi (Elément Humain® Module 1)

- Leadership et sérénité professionnelle : L’intelligence émotionnelle, alliée des managers et décideurs (Sur le base du test de performance QE Pro : Quotient émotionnel en milieu professionnel)

PROGRESCIME

Développer la Performance éthique®



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page